Home | Accueil | Página initial

Mémoire d’Histoires et Mémoires portugaises

Mariages Luso-français début du 20ème.

Mariages en France pendant et après Guerre. Des soldats portugais sont venus déplacer leurs morts et ont rencontré leurs futures épouses françaises.

Ces histoires humaines de la Grande Guerre rappellent qu’elle bouleverse les destins pour le pire et parfois le meilleur.

En 2016, en parallèle à l’exploration des registres de décès pour rechercher les civils Morts pour la France, une belle découverte se profile et s’enrichit de quelques mariages de soldats des armées alliées (anglaise, américaine, portugaise), avec de jeunes françaises.

Je m’attache ici à relever les mariages de soldats portugais dans la région d’ EstairesLa Gorgue.
Dans le Dictionnaire Ethymologique et Historique de Mrs. Christian HENNION et Yves LEFEBVRE, il est mentionné qu’une vingtaine de soldats portugais y sont restés après-guerre.
J’ajouterais que ces soldats sont peut-être retournés au Portugal et revenus à l’été 1919 avec la Commission Portugaise des Sépultures de Guerre (cf leur bulletin militaire qui précise leur passage par Cherbourg).

Pour vérifier que ces portugais appartiennent au Corps Expéditionnaire Portugais, il est nécessaire de consulter les actes de mariage et/ou, si ceux-ci ne citent pas la situation de l’époux, les bulletins individuels militaires en ligne sur le site des Archives Historiques Militaires Portugaises.

Est née après-guerre, la Flandre et l’Artois des COSTA, Da CONCEICAO, Da GRACA, Da SILVA, De MORAES, Dos REIS, Dos SANTOS, GUILHERME, HORTA, LOPES, RODRIGUES, SIMAO, GOMES, HORTA, JOAQUIM, PENAO, etc …

Les soldats portugais se sont davantage installés après-guerre en France, tout au moins dans ce secteur de Flandre-Artois, que les soldats anglais ou américains, retournés au pays. Déjà parce qu’il fallait légitimer les enfants nés avant le mariage mais aussi pour des raisons économiques. Les régions dévastées du Nord de la France ayant besoin de travailleurs pour la reconstruction, cette main d’œuvre s’ajoute à celle des travailleurs civils portugais.


De rares patronymes portugais sont implantés en Nord-Pas-de-Calais avant la Grande Guerre. (COSTA, Dos SANTOS, GOMES, RODRIGUES …)

Les soldats mariés à La Gorgue font essentiellement partie de la Commission Portugaise des Sépultures de Guerre, comme l’attestent leur parcours militaire lors de la Grande Guerre et/ou l’acte de mariage, l’autorisation étant délivrée par le Président de la Commission (Autorité portugaise), avec parfois le consentement écrit des parents.
Leur mission à la CPSG est de déplacer les corps des soldats portugais inhumés provisoirement dans diverses localités du Nord et du Pas-de-Calais (dont le littoral de Calais à Etaples). Les sépultures sont regroupées essentiellement dans des cimetières militaires britanniques (IWGC: Imperial War Graves Commission, aujourd’ hui CWGC).

Les tombes portugaises, des différents cimetières dont ceux de France,  sont ensuite déplacées à Richebourg-L’Avoué, cimetière national portugais. (source CWGC)

Quelques soldats restèrent donc à La Gorgue pour effectuer leur triste mais nécessaire tâche. Ils créèrent après-guerre une section d’anciens combattants. Ils épousèrent des françaises, veuves de Poilus ou non, et fondèrent une famille en France, aussi pour reconnaître des naissances illégitimes.

–  Mariage SIMAO en 1920
José SIMAO, 1er Caporal Chauffeur pour la Commission Portugaise des Sépultures de Guerre, devient après-guerre Président de la section locale des anciens combattants portugais.

Aidez à identifier ces anciens combattants ! Anciens combattants portugais restés en France après-guerre.

– Mariage LUCAS en 1921

José Lucas est soldat chauffeur à la quatrième compagnie du 23ème régiment d’Infanterie. Le témoin du mariage n’est autre que José Simão, Président de la section locale de La Gorgue, cité plus haut.

José Lucas, soldat portugais installé en France.

–  Mariage JOAQUIM en 1922
José JOAQUIM, soldat du Corps Expéditionnaire Portugais, épouse Madeleine DELEAU, veuve d’un Poilu Mort pour la France. Le témoin du mariage est Alvaro MOREIRA, dont je perds la trace.
J. JOAQUIM devient Vice-président de la section locale des anciens combattants, après avoir fait partie de la CPSG en août 1919.

– Mariage Dos SANTOS  en 1920
José Dos SANTOS, soldat du CEP, fait partie de la CPSG en juillet 1919. Il devient le porte-drapeau de la section des anciens combattants. Un béguinage à la Gorgue porte aujourd’hui son nom.

– Mariage PENAO  en 1920
Jean (João) PENAO, Cavalier du CEP, épouse Juliette LECOCQ, veuve d’un Poilu Mort pour la France, après avoir résidé à Paris-Plage (Le Touquet) en juin 1919, avec la CPSG en juillet 1919 et février 1920.

– Mariage De MORAES en 1921
Jean De MORAES Cerqueira de Lima, Sergent au 1er Régiment d’Infanterie, est en détachement à La Gorgue pour la CPSG. L’ union du couple permet la reconnaissance d’un fils illégitime né 2 mois avant le mariage.          

João de Moraes, installé en France après-guerre.

– Mariage GUILHERME en 1922
Antoine (Antonio) GUILHERME est présent pour la CPSG en août 1919 et réside à Lille en 1920. Le témoin du mariage à La Gorgue en 1922 est un soldat du CEP.

Aparté : L’ histoire de ce soldat témoin est incroyable. Il a  vécu en France après-guerre sous un autre nom. Merci à Mr TRINEL, pour le témoignage concernant son grand-père militaire portugais basé à Aire-sur-la-Lys pendant la grande guerre. Celui-ci emmenait son petit-fils au cimetière portugais de Richebourg des années plus tard.

Intégration en France semée d’embuches administratives et humaines

– Mariage HORTA en 1922
Manuel (Manoël) HORTA est présent à La Gorgue avec la CPSG en juillet 1919. Le mariage de 1922 permet la reconnaissance de 2 enfants illégitimes ( nés en 1920 et 1922). Le témoin est José JOAQUIM cité ci-dessus.

– Mariage COSTA en 1922.
Antoine COSTA, soldat au 1er groupe de compagnies de santé, en séjour à La Gorgue avec la CPSG, épouse M. Ce mariage permet la reconnaissance d’un fils illégitime (né hors mariage en 1920). Le témoin de mariage est Jean PENAO cité ci-dessus.

– Mariage Da SILVA en 1920
Guilherme Da SILVA est soldat chauffeur au 5è Régiment d’Infanterie pour la CPSG. Son feuillet militaire précise qu’il est réquisitionné pour la Commission en août 1919 via Cherbourg.

– Mariage Dos REIS en 1920
Joseph Dos REIS est présent à la CPSG en août 1919 via Cherbourg. Son mariage permet la reconnaissance d’un fils illégitime né 26 jours auparavant.

– Mariage Dos SANTOS en 1924
Jean Dos SANTOS, soldat pour la CPSG.

– Mariage GOMES en 1921
Humberto (dit Berto) GOMES Franco est présent à Ambleteuse en avril 1919, il réside à La Gorgue en 1921, lorsqu’il se marie avec une jeune richebourgeoise.
Il s’installe en France comme menuisier et est naturalisé français en 1937, par application de l’article 6 de la loi du 10 août 1927 (parution au Journal Officiel). Son domicile connu est Haubourdin.

Sépulture d’un soldat à Haubourdin.

– Mariage LOPES en 1921
Manuel Lopes Freitas, est rapatrié en mars 1919…

– Mariage RODRIGUES en 1921
Charles (Carlos) RODRIGUES fait partie de la CPSG en juillet 1919. Il s’installe manœuvre à La Gorgue et est naturalisé français en 1929, par application de l’article 6, paragraphe 1er, de la loi du 10 août 1927 (parution au journal officiel).

– Mariage LOPES en 1920, à ce lien : Code de Nationalité et sujets portugais après la I guerre

– Le cas particulier d’une union libre lusofrançaise, du soldat BOTAS à ce lien:

Union libre franco-portugaise et enfant résistant

Abréviations rencontrées ci-dessus:
CPSG : Commission Portugaise des Sépultures de Guerre (aussi CSGP sur certains bulletins individuels)
CEP : Corps Expéditionnaire Portugais
A noter l’écriture francisée des prénoms dans les actes, qui peut rendre difficile une recherche d’ancêtres ! (voir le cas de Matthieu LERIAS, version francisée de Matheus de Matos LERI retrouvé par son arrière-petit-fils, dans L’écho du Pas-de-Calais spécial grande guerre 2008)

– Mariage Dos Santos Coimbra en 1923
Auguste Dos Santos Coimbra, charpentier, est domicilié à Laventie en 1923, lorsqu’il épouse H. native de Fleurbaix. Le couple aura une descendance. Il va s’installer à Clermont-Ferrand où Auguste sera naturalisé français en 1931, par application de l’article 6, paragraphe 1er, de la loi du 10 août 1927. (remise totale : exonération des droits de sceau)
Auguste est arrivé dans le nord de la France comme travailleur portugais. Son petit-fils, que je remercie, me communique son portrait.

– Un mariage en 1918 du soldat SOARES 

Charles (Carlos) SOARES épouse Marie Germaine DEBUNE pendant la Grande Guerre en 1918 au Touquet-Paris-Plage. Il s’y installe. Son petit-fils Pascal SOARES raconte son histoire dans la collection 14-18 du site Europeana.

En savoir plus sur le soldat photographe officiel portugais  Arnaldo Garcez Rodrigues et son mariage en France après-guerre à  Cherbourg en 1919.

Ces recherches et transcriptions m’ ont permis d’aller plus loin !
Un grand nombre de ces portugais est naturalisé français quelques années après la 1ère guerre mondiale, par application de l’article 6, de la loi sur la nationalité:
« Comment devenir Français ? », Loi du 10 août 1927. Gallica BnF.

En effet, une brochure est éditée pour indiquer aux étrangers, plus spécialement aux travailleurs, venus nombreux en France durant les années de guerre et après-guerre, les conditions simplifiées par cette loi dans lesquelles ils peuvent acquérir la nationalité française. Comment devenir Français en 1927

Il y a encore beaucoup à collecter concernant ces mariages mixtes et l’appartenance à une force expéditionnaire étrangère. Maintenant possible, puisque la loi française permet la consultation des actes de mariage de moins de 100 ans.

Sources :

Etat civil Mairies – Archives Départementales du Nord et du Pas-de-Calais – Archives militaires portugaises – Geopatronyme – Gallica BnF – La Contemporaine BDIC.

VOLOVITCH-TAVARES Marie-Christine « Soldats et travailleurs portugais en France (1916-1918) », Hommes & Migrations 2017.

Marie Claude MUNOZ « Les relations Franco-Portugaises de 1916 à 1918 » 2009.

Dictionnaire Etymologique et Historique de Mrs. Christian HENNION et Yves LEFEBVRE.

Commonwealth War Graves Commission.

Crédit photo : La Contemporaine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :